Sommaire

La myrrhe est utilisée en phytothérapie pour ses propriétés médicinales.

Que contient la myrrhe ? Dans quels cas l'utiliser ? Trouve-t-on des contre-indications ? Petit guide sur les propriétés médicinales de la myrrhe.

Myrrhe : définition

La myrrhe est une gomme résineuse liquide que l'on récolte à partir du tronc de l'arbre à myrrhe – appelé aussi tout simplement Myrrhe (Commiphora molmol ou Commiphora myrrha) – dont elle s'écoule naturellement.

  • Une fois exposée à l'air, cette résine devient dure et forme de petits blocs odorants de gomme brun-rougeâtre pouvant peser jusqu'à 200 g.
  • Après distillation, ils permettent d'obtenir une huile essentielle de myrrhe qui est épaisse, de teinte orangée et parfumée.

L'arbre à myrrhe est un arbuste aromatique ne dépassant pas trois mètres de haut. Il se développe principalement en Egypte, au Soudan, en Erythrée, en Somalie, en Ethiopie, dans le Sultanat d'Oman, au Yémen.

Quelles sont les propriétés de la myrrhe ?

La myrrhe présenterait les propriétés suivantes :

  • expectorante, anti-infectieuse, fongicide ;
  • antivirale, aseptisante, cicatrisante, anti-inflammatoire ;
  • régulateur endocrinien, analgésique, antalgique, antiparasite (parasiticide).

Le pouvoir parasiticide de la myrrhe est particulièrement efficace contre l'Ascaris, un verre rond d'une quarantaine de centimètres que l'on peut retrouver dans l'intestin grêle.

Utilisation de la myrrhe

Les Égyptiens utilisaient déjà la myrrhe il y a près de quatre millénaires pour embaumer les défunts et composer un encens sacré, le kyphi.

Aujourd'hui, la myrrhe est parmi les nombreuses plantes médicinales auxquelles ont peut faire appel pour soulager bien des maux. On peut utiliser la myrrhe sous forme :

  • d'huile essentielle ;
  • de teinture-mère : la teinture-mère de myrrhe est mieux adaptée aux personnes présentant une sensibilité cutanée particulière.

La myrrhe peut être utilisée pour soulager ou traiter :

La myrrhe n'a pas encore livré tous ses secrets. Aussi, des études scientifiques réalisées in Vitro mais également sur certains animaux de laboratoire laissent penser que la myrrhe pourrait présenter :

  • des propriétés anticancéreuses ;
  • des propriétés antioxydantes ;
  • des propriétés emménagogues (c'est-à-dire qui permettent d'activer le cycle menstruel).

D'autres recherches devront être menées pour en savoir plus.

Myrrhe : effets indésirables et contre-indications

Comme tout produit actif, la myrrhe ne doit jamais être utilisée à la légère. Des effets indésirables ont parfois été constatés :

  • Chez des personnes à la peau sensible qui ont eu à déplorer des irritations cutanées.
  • En cas de prise égale ou supérieure à 2 g donnant lieu à des diarrhées, une irritation rénale.

D'autre part, la myrrhe est hautement contre-indiquée chez :

  • La femme enceinte : la myrrhe aurait un effet abortif (provoque des avortements spontanés) du fait de sa capacité à stimuler l'utérus.
  • La femme allaitante : à ce jour, la totale innocuité de la myrrhe en cas d'allaitement n'a pas été confirmée.

Il n'existe à l'heure actuelle aucune interaction connue entre la myrrhe et des médicaments ou entre la myrrhe et des suppléments alimentaires à base de plantes. Pour autant, il vaut mieux se montrer prudent lorsqu'on associe traitement allopathique et produits de phytothérapie. Un avis médical s'impose.

Pour aller plus loin :