Sommaire

Utilisé en phytothérapie, le kudzu, parfois appelé vigne japonaise, est originaire d'Asie. Sa vitesse de croissance est vertigineuse puisqu'en seulement une saison, il peut pousser de 20 mètres !

Découvrons quelles sont ses propriétés médicinales, mais aussi les contre-indications et effets indésirables possibles.

Composants du kudzu

Si le kudzu est utilisé en phytothérapie, c'est parce qu'il contient certains composants dont les effets sont bénéfiques sur l'organisme. Le kudzu est particulièrement riche en :

  • hydrates de carbone ;
  • minéraux, notamment : du calcium, du phosphore, du sodium, du fer ;
  • isoflavones, une sous-catégorie des flavonoïdes : parmi ces isoflavones, on trouve la puérarine.

Propriétés médicinales du kudzu

La vigne japonaise est utilisée par la médecine traditionnelle chinoise depuis des centaines d'années.

Plus récemment, le kudzu a fait - et fait encore régulièrement - l'objet de recherches scientifiques tentant d'affirmer ou d'infirmer son rôle bienfaiteur dans la lutte contre certaines maladies. Le kudzu pourrait surtout être utile contre :

  • Les maladies cardiovasculaires et les symptômes dérivés. Cela concerne la maladie coronarienne, l'angine de poitrine, l'hypercholestérolémie, l'hypertension, les douleurs de poitrine et l'élévation du rythme cardiaque.
  • Le diabète et les complications qui y sont liées.
  • Les maladies cérébro-vasculaires dont l'AVC (Accident Vasculaire Cérébral) avec une baisse du taux de mortalité chez les patients victimes d'AVC.

D'autre part, le kudzu est depuis longtemps utilisé pour :

  • détoxifier l'organisme après une consommation excessive d'alcool ;
  • faire baisser la fièvre ;
  • stopper les vomissements ;
  • soulager une diarrhée ;
  • guérir une dysenterie aiguë.

Kudzu : contre-indications et effets indésirables

Le kudzu ne doit pas être utilisé par les enfants, les femmes enceintes et les femmes allaitantes. D'autre part, le kudzu étant riche en isoflavones, il peut avoir une incidence néfaste dans les cas suivants :

  • En cas de cancer du sein. Une femme atteinte d'un cancer du sein, quel que soit le stade de la maladie, ne doit pas prendre de traitement à base de kudzu.
  • En présence d'un kyste ovarien mais pas seulement. Les isoflavones de la racine de kudzu ont des effets similaires à ceux des œstrogènes. Il y a donc un risque d'aggravation de certaines lésions qui touchent les organes reproducteurs chez la femme.

En revanche, les différentes analyses du kudzu n'ont pas relevé de risques importants de toxicité. Des essais cliniques ont confirmé l'innocuité du kudzu, et n'ont pas relevé d'effets secondaires particuliers avec l'extrait de racine de kudzu.

Toutefois, des effets secondaires peuvent faire suite à une injection de puérarine par intraveineuse, à savoir : vertiges, maux de tête, fièvre, dommages hépatiques, anémie.

Pour aller plus loin :

Ces pros peuvent vous aider