Sommaire

Originaire du Moyen-Orient, le pyrèthre d'Afrique est une plante principalement cultivée dans les monts de l'Atlas et sur le littoral méditerranéen. Il renforce l'organisme, le tonifie, et clarifie les idées. Les Romains l'utilisaient comme aphrodisiaque.

Le point sur le pyrèthre d'Afrique.

Pyrèthre d'Afrique : description botanique

Le véritable pyrèthre (Anacyclus pyrethrum) est de la famille des Astéracées.

  • Les racines sont dures, cassantes, fragiles, de 6 à 12 cm de longueur et de 1 cm d'épaisseur. Elles sont d'un gris brun, avec des rides dans le sens de la longueur. Elles sont brunes à l'extérieur, blanches au dedans.
  • Les tiges, couchées sur le sol, sont simples ou peu rameuses.
  • Les feuilles sont doublement pennées avec des pointes à 2 ou 3 extrémités. Elles sont délicates, et de couleur vert bleuâtre.
  • Les fleurs ressemblent à des marguerites, mais les pétales sont rayés de blanc au-dessus, et pourpres au-dessous, ou bien roses en bout de pétales, avec un cœur jaune. Elles sont solitaires.

Le pyrèthre aime les terrains secs et une exposition peu chaude. On le multiplie facilement dans le Midi, principalement dans la région de Montpellier, soit par semis, soit par éclats de pieds. Mais, dans le nord de la France, on ne peut le cultiver qu'en pots que l'on rentre en hiver.

Propriétés physiques et chimiques du pyrèthre d'Afrique

La partie la plus utilisée du pyrèthre d'Afrique est son rhizome (Radix Pyrethri romani), c'est-à-dire sa racine (et il est nécessaire qu'elle soit jeune de la première année).

Cette racine est d'une saveur brûlante et provoque une salivation importante. Elle contient :

  • une substance brune, âcre, d'une apparence résineuse ;
  • une huile d'un brun foncé, âcre et corsé ;
  • une huile jaune, âcre.

Ces trois principes constituent la pyréthrine (un alcaloïde).

La racine de pyrèthre contient aussi : du tanin, des huiles essentielles, 33 à 40 % d'insuline, un polysaccharide qui stimule les défenses immunitaires.

Le pyrèthre se conserve sous forme de poudre.

Pyrèthre d'Afrique : indications thérapeutiques

Hildegarde de Bingen, abbesse du XIIe siècle, souvent considérée comme la plus ancienne naturopathe de notre temps, écrit à propos du pyrèthre :

« Le pyrèthre est bon à manger pour celui qui est en bonne santé, car il diminue les substances nocives qui sont en lui, il augmente la quantité de sang pur et lui donne une saine intelligence. Il redonne même de la vigueur au malade qui n'a plus de forces et qui est prêt à défaillir. Il ne laisse rien subsister en l'homme qui ne soit digéré, mais lui procure au contraire une bonne digestion lorsqu'il est consommé assidûment, car il digère chaque aliment de par sa bonne chaleur. »

Le pyrèthre permet donc de bien assimiler les nutriments contenus dans les aliments. Il est bon pour la santé, quelle que soit la manière dont on le mange. Hildegarde dit qu'il « harmonise » la nourriture. Il agit également pour :

  • la digestion difficile, la dyspepsie ;
  • la sécrétion insuffisante des sucres digestifs ;
  • les erreurs alimentaires ;
  • les encombrements ;
  • l'épuisement ;
  • l'anémie ;
  • la pleurésie ;
  • le diabète gras : il entraîne une amélioration en activant le pancréas ;
  • les douleurs dentaires ;
  • la paralysie de la langue.

Autres bienfaits du pyrèthre d'Afrique

Anti-grippe

Pour se protéger de la grippe, on peut prendre chaque jour une pincée de pyrèthre mélangé à de la poudre de géranium sauvage et de la noix de muscade, pendant le repas, sur du pain. Si la grippe commence, on augmente les doses.

Dès les premiers signes de rhume ou de refroidissement, on peut respirer cette poudre. Ses arômes subtils sont alors absorbés par la muqueuse nasale puis diffusent au cerveau, ce qui éloigne le rhume.

Le mélange de poudre est dosé de cette manière :

  • poudre de géranium sauvage (Hb. Pelargonii pulv.) : 40 g ;
  • poudre de pyrèthre (Rad. Pyrethri pulv.) : 35 g ;
  • poudre de noix de muscade (Sem. Myristicae pulv.) : 25 g.

Fortifiant

Les racines sont bouillies dans du vin blanc et du miel que l'on boit matin et soir comme élixir.

Ces recettes ont été écrites par Hildegarde de Bingen. Le docteur Strehlow, biologiste et naturopathe, qui a étudié longuement les écrits d'Hildegarde, recommande de saupoudrer nos potages, viandes, légumes et autres gourmandises d'une pincée de pyrèthre (mais attention, pas plus !) pour nous fortifier.

Vermifuge

Comme il contient de la pyréthrine, le pyrèthre agit comme un léger insecticide naturel. Aussi, pour la cuisson des volailles et des viandes, on peut ajouter une pincée de pyrèthre, ce qui tuera les parasites éventuels.

De même, quand on cueille des cerises, souvent véreuses au moment de la pleine lune, on mêle un peu de pyrèthre.

Anti-moustiques

Eh oui, manger du pyrèthre nous protège des piqûres de moustiques !

Le docteur Louis Van Hecken, formé à la médecine selon Hildegarde de Bingen, a créé en Zambie une association pour soigner le paludisme avec le pyrèthre. Cette plante, toute simple, est porteuse d'un immense espoir.

Pour approfondir le sujet :

Ces pros peuvent vous aider