Plantes médicinales d'Hildegarde

Sommaire

Hildegarde de Bingen a rédigé au XIIe siècle plusieurs livres médicaux, notamment Physica et Les Causes et les Remèdes. Voici les principales plantes médicinales dont elle vante les vertus curatives.

Zoom sur Hildegarde de Bingen

Hildegarde de Bingen est une abbesse bénédictine allemande qui a vécu au Moyen Âge. Compositrice et poète au talent subtil, elle a aussi écrit des traités de médecine et de botanique. Le docteur W. Strehlow écrit : « Hildegarde n'a pas décrit les aliments en fonction de leur teneur en calories et en vitamines, mais en fonction de leurs vertus curatives de sorte que l'on ne fera pas de différence entre un aliment et un remède ».

Sa médecine est une médecine holistique qui prend en compte la santé du corps, de l'âme et de l'esprit : « Quand le corps et l'âme fonctionnent en parfaite harmonie, ils reçoivent la récompense suprême de la joie et de la santé » (H. de Bingen).

La médecine d'Hildegarde est d'une grande douceur, pleine de finesse, de bon sens (elle conseille toujours la voie du milieu) et de vitalité.

Trois plantes médicinales exceptionnelles

Hildegarde pense qu'il est possible de prévenir les maladies grâce à son alimentation. Elle distingue ainsi trois plantes aux vertus exceptionnelles :

  • L'épeautre non hybridé offre une nourriture riche en protéines, minéraux, oligoéléments et vitamines. Pour Hildegarde, c'est la meilleure céréale, « comme un baume de l'intérieur ».
  • Le fenouil est un véritable remède : « De quelque manière qu'on le mange, le fenouil rend joyeux, assure un teint frais ainsi qu'une agréable odeur corporelle, et assure de surcroît une bonne digestion. » Aujourd'hui on le sait aussi efficace contre les troubles liés à la ménopause tels que les bouffées de chaleur, l’insom­nie, la sécheresse vaginale et l’anxiété.
  • La châtaigne est « utile dans toutes les maladies qui attaquent l'homme ». Elle protège le foie et les nerfs.

Plantes médicinales d'Hildegarde : panorama

Légumes

Selon Hildegarde, seuls le fenouil et la châtaigne peuvent se manger cuits ou crus. Tous les autres se mangent cuits à la vapeur ou bien avec du vinaigre, qui opère une cuisson à froid (par exemple pour la salade verte, les carottes râpées) pour faciliter leur digestion. Céleri, navet, panais, betterave, radis, carotte, pissenlit, raifort, arroche, laitue, cresson, potimarron, courgette, courge, potiron, ail cru, oignon cuit offrent chacun leur qualité nutritive. Par exemple, le céleri-rave donne de « saines humeurs à condition d'être cuit ».

Légumineuses

Les haricots « contiennent une substance qui réchauffe et conviennent aux personnes robustes et en bonne santé », les fèves et les pois chiches sont délicieux.

Fruits

Comme pour les légumes, les fruits doivent être consommés cuits : coing contre les rhumatismes, pomme et poire, mûre, framboise, groseille, cynorrhodon, agrumes, nèfle, cornouille, cerise, datte.

Oléagineux

La noix rend joyeux ; quant à l'amande : « Que celui qui a le cerveau vide mange souvent des amandes. »

Les graines ou l'huile de chanvre aident au bon fonctionnement du cerveau : « sa graine contient la santé ».

Épices

Les épices se saupoudrent sur les plats. Voici comment Hildegarde parle des épices les plus importantes :

  • Le pyrèthre d'Afrique « donne une saine intelligence […] il redonne vigueur ».
  • Le galanga « est entièrement chaud, il n'y a pas de froid en lui, et il a beaucoup de vertus ».
  • La réglisse « peut contribuer à donner une voix claire, un esprit suave ».
  • La muscade « ouvre le cœur, purifie les sens ».
  • La cannelle « a de puissantes vertus ».
  • Le clou de girofle : « mâchez un clou de girofle » pour le hoquet !

De plus, il est possible d'associer plusieurs épices. Ainsi de la muscade, de la cannelle et du clou de girofle : « Cette préparation adoucit l'amertume du corps et de l'esprit, ouvre le cœur, aiguise les sens émoussés, rend l'âme joyeuse, purifie les sens, diminue les humeurs nocives, apporte du bon suc au sang, et fortifie. »

Autres plantes

Beaucoup d'autres plantes apparaissent dans les écrits d'Hildegarde. Voici les plus connues :

  • Les graines de psyllium : « le psyllium exerce une action dépurative en éliminant la bile noire, les toxines, et déchets organiques contenus dans l'intestin, il purifie ainsi le sang, condition première d'une bonne irrigation ».
  • Le serpolet apaise les problèmes cutanés.
  • La sarriette : « si l'on est triste manger de la sarriette ».
  • L'hysope purifie les aliments et éloigne la tristesse.
  • Le persil soutient le cœur.
  • La lavande aspic stoppe beaucoup de maladies.
  • La gentiane aide le cœur.
  • La sauge officinale agit sur les troubles féminins et la sauge sclarée contre la gastrite et les gaz.
  • La menthe crispée combat les rhumatismes, la menthe aquatique aide à perdre du poids.
  • Le calendula détoxifie.
  • L'ortie est purifiante.
  • L'achillée millefeuille a « des vertus subtiles et variées pour soigner les blessures ».

Utilisation des plantes médicinales d'Hildegarde

Pour une bonne digestion, Hildegarde conseille de boire un peu pendant les repas, « par petites gorgées ».

Hildegarde propose des préparations spéciales :

  • des électuaires et des élixirs : l'élixir de scolopendre « fait du bien au foie, purge les poumons, guérit les entrailles malades » ;
  • des tisanes : la tisane de fenouil et de balsamite apaise ;
  • des vins : le vin au persil soigne le cœur et la rate.

Certaines plantes et épices mélangées permettent de fabriquer :

  • des poudres : la poudre de céleri soigne les rhumatismes ;
  • des onguents et des baumes, comme celui de l'absinthe : « quand on est l'objet d'une forte attaque de goutte […] se frotter avec cet onguent, près du feu, et on sera guéri » ;
  • des lotions : la lotion à la cendre de prunier favorise la pousse des cheveux ;
  • des huiles : l'huile d'olive à la violette éclaircit la vue ;
  • des sèves : « Celui dont la vue s'obscurcit frottera ses yeux avec la sève qui coule de la vigne. Quand on coupe ses sarments, on en laissera pénétrer un peu ; qu'il le fasse souvent, et sa vue sera vite éclaircie ».

Plantes médicinales à respirer

Les plantes peuvent aussi soigner grâce à leur parfum : en voici quelques exemples détaillés pour découvrir la médecine d'Hildegarde de Bingen.

La rose et son parfum

Le parfum de la rose s'utilise contre la colère : « Si l'on est enclin à la colère, prendre de la rose et un peu moins de sauge réduites en poudre, et au moment où la colère jaillit en soi, présenter cette poudre devant les narines : en effet la sauge console et la rose réjouit. »

Le parfum de la rose est si efficace que si l'on plante un rosier près d'une fenêtre de la maison, son odeur s'y répand ainsi que ses propriétés antibactériennes.

Hildegarde conseille aussi d'ajouter de l'huile essentielle de rose pour augmenter la conservation des remèdes et améliorer leur arôme : par exemple, le jus d'absinthe exposé au soleil avec de l'huile d'olive rancit. Mais si l'on ajoute quelques gouttes d'huile essentielle de rose, la conservation devient meilleure, le parfum agréable, et le médicament plus efficace.

La rose possède encore d'autres vertus dont Hildegarde parle poétiquement :

  • Pour soigner la conjonctivite : « Au petit matin ou quand le jour est déjà là, prends un pétale de rose et pose-le sur tes yeux. Cela attire l'humeur qui provoque la chassie et rend les yeux clairs… »
  • Pour les problèmes de peau : « Et celui qui a des abcès sur le corps, qu'il pose des pétales de rose dessus, et cela attirera le pus. »
  • Pour les plaies, choisissez des pétales de rose fraîche ainsi que des feuilles de rosier, enveloppez-les sur la blessure avec un bandage. Si possible, cueillez des églantines. Ce sont de petites roses sauvages. Certaines ont des feuilles parfumées.
  • En cas de rhumatismes et de crampes, préparez un mélange à base de pétales de rose et d'huile d'olive macéré au soleil : frottez l'huile obtenue, vigoureusement, sur les endroits du corps douloureux.

Le lis et son parfum

« Le lis est plus froid que chaud […] Le parfum de la première floraison et celui des fleurs réjouissent le cœur de l'homme et lui donnent des pensées justes ».

  • Contre les idées sombres, respirer le parfum du lis réconforte tout comme celui de la rose.
  • Le lis soigne aussi les éruptions cutanées, les bosses, les épanchements sanguins, la mélancolie.
  • Fabriquez un onguent en broyant le bulbe du lis avec de l'huile d'olive pour l'appliquer sur une brûlure.

Plantes à respirer quand on a un rhume

  • Poudre au géranium : « Prenez donc du géranium anglais et moins d'anthémis que de géranium, et de la noix de muscade moins que d'anthémis, et mélangez ces poudres. Celui qui a des douleurs de cœur doit manger cette poudre avec du pain, ou en la léchant dans la main et cela ira mieux, parce que c'est une très bonne poudre pour la santé du cœur. »
  • Fenouil et aneth : « Prenez du fenouil et quatre fois autant d'aneth, sur une tuile de pierre ou une brique un peu épaisse que l'on fait chauffer sur le feu […] L'on respire par le nez et la bouche cette fumée et son odeur […] Il faut faire cela 4 ou 5 jours pour que les humeurs qui s'écoulent du nez vous abandonnent de façon douce. »
  • Bois d'if : « Si quelqu'un à cause d'humeur mauvaise a de l'oppression dans le nez ou la poitrine, il aspirera de la fumée de cet arbre et ainsi les humeurs mauvaises seront doucement et tranquillement apaisées et disparaîtront de son corps, sans lui faire courir de danger. »

Noix de muscade à respirer

« La noix de muscade a une grande chaleur et un heureux équilibre dans ses propriétés. Celui qui mange de la noix de muscade ouvre son cœur, purifie ses sens, et en retire une bonne intelligence. »

Si vous vous sentez triste, respirez l'épice de noix de muscade fraîchement moulue. C'est un remède contre l'apathie, la fatigue nerveuse, la difficulté à se concentrer, mais elle est aussi conseillée pour purifier le sang, désintoxiquer. Elle a également des vertus digestives, antimicrobiennes, et anti-inflammatoires. Elle régule la pression artérielle.

Bétoine à respirer

La bétoine séchée et enveloppée dans une toile de lin favorise un sommeil profond en diffusant pendant la nuit, près du dormeur, sa fine poussière parfumée. Elle éloigne aussi les mauvais rêves chez les petits enfants.

« Qui est habituellement torturé par les mauvais rêves prendra de la bétoine avec soi en allant se coucher et pendant son sommeil, et il remarquera qu'il est moins sujet aux fantasmagories des rêves. »

Ces pros peuvent vous aider