Sommaire

 

Le bambou est un roseau à la croissance étonnamment rapide. Il est bien connu pour aider l’organisme à lutter contre le vieillissement, et est utilisé en phytothérapie pour bien d’autres raisons encore. Découvrons les bienfaits du bambou pour l’organisme, ses usages et la posologie recommandée pour l'utiliser au mieux.

Origine et propriétés du bambou

Originaire du sud-est de l’Asie, le bambou y est utilisé depuis des milliers d’années pour ses vertus. Il y est vénéré, considéré comme une plante sacrée qui symbolise la réincarnation. D’ailleurs, en Chine comme au Japon, cette plante alimente, encore de nos jours, nombre de légendes, et prend la forme de différents symboles.

Le bambou est une plante de la famille des Poaceae, qui ne sont autres que des graminées. Il existe plus de mille variétés.

Le bambou est particulièrement riche en minéraux et surtout en silice. C’est grâce à cela qu’il apporte une aide réelle à l’organisme humain. Avoir recours au bambou permet de favoriser l’assimilation du phosphore, l’un des minéraux les plus présents dans notre corps et qui est absolument indispensable à la vie.

Vertus du bambou

La réputation du bambou a, depuis l’époque ancienne, gagné les autres pays du monde et c’est aujourd’hui le bambou épineux (bambusa arundinacea) qui est le plus utilisé en phytothérapie, car il représente une source minérale réelle et indispensable pour l’organisme.

On reconnaît au bambou les vertus suivantes :

  • Antispasmodique, il soulage les problèmes liés à certaines formes d’ulcères, et favorise les fonctions de l’appareil digestif.
  • Anti-vieillissement, il contribue à la reconstruction du cartilage, du tissu osseux et du tissu conjonctif car il favorise la synthèse du collagène. Il aide aussi à conserver à la peau sa jeunesse.  
  • Reminéralisant, le bambou permet de lutter contre l’ostéoporose et plus généralement contre la fragilité osseuse car il favorise la fixation du calcium. Il aide à la reconstruction d’un os fracturé. Il permet également de conserver des phanères en bonne santé (ongles, dents, cheveux et poils) et apaise les peaux sèches.
  • Anti-inflammatoire, il soulage les douleurs chroniques pouvant s’avérer invalidantes (polyarthrite, arthrose, rhumatisme, tendinite, lombalgies).
  • Hypoglycémiant, il permet de faire baisser le taux de glucose dans le sang.

C’est également dans les rejets ou germes du bambou moso adulte (Phyllostachys edulis) que sont puisées d’autres vertus. Les pousses de bambou moso aident à faire baisser le taux de LDL (mauvais cholestérol). Elles favorisent aussi la perte de poids, dans le cadre d’une alimentation équilibrée et à condition de pratiquer une activité physique régulière afin de lutter contre la sédentarité.

Lire l'article Ooreka

Bambou : usages et posologie

En phytothérapie, le bambou est présenté sous différentes formes, telles que les tisanes ou infusions, l’extrait fluide et la poudre (gélule).

La tisane de bambou est obtenue à partir des feuilles infusées dans une eau frémissante. On conseille 1 cuiller de feuilles de bambou pour 20 ml d’eau. Les mêmes feuilles peuvent être réutilisées pour les autres infusions de la journée. Elles conservent malgré tout la totalité de leur efficacité.

Les extraits fluides sont obtenus après macération de la plante. L’extrait fluide est la présentation la plus concentrée en principes actifs. 1 cuiller à café diluée dans un verre d’eau à renouveler 3 fois par jour est la posologie recommandée pour une personne adulte.

Les gélules de bambou sont préconisées pour lutter contre les douleurs inflammatoires et articulaires. Elles doivent être prises, de préférence, au milieu des repas. Pour une cure de gélules de bambou, la posologie pour un adulte est généralement de 240 mg/jour (en deux prises) pendant 1 à 2 mois.

Consulter la fiche pratique Ooreka

Bambou : précautions d'usage

Le bambou est exceptionnel car il ne présente aucun danger pour l’organisme. On ne lui connaît aucune contre-indication. Il peut être pris en parallèle d’un traitement allopathique sans risque d’interaction médicamenteuse.

Toutefois, comme tout produit actif, il ne doit en aucun cas être pris par une femme enceinte ou une femme allaitante. Il ne doit pas non plus être administré à un jeune enfant sous quelque forme que ce soit sans avis médical.

En dehors de ces cas particuliers, il est tout autant préférable de demander conseil à un professionnel de santé avant d’avoir recours à la phytothérapie, ne serait-ce que pour bénéficier d’une posologie parfaitement adaptée au cas du patient, à son sexe, à son poids et à son âge.

Ces pros peuvent vous aider