Le cataplasme en phytothérapie

Écrit par les experts Ooreka

 

En phytothérapie, la préparation des plantes médicinales sera différente selon l'usage que l'on destine : infusion, macération, décoction, bouillon ou poudre pour la voie interne, et cataplasme ou masque pour l'usage externe.

Usage du cataplasme

Le cataplasme, ou l'emplâtre, est élaboré à partir d'une sorte de bouillie à base de plantes médicinales.

Bien souvent on appliquera cette préparation :

  • En imbibant des linges, dans le cas du cataplasme.
  • Directement sur la partie à traiter, dans le cas de l'emplâtre.

Cette bouillie peut se faire à partir de farine de lin que l'on pourra diluer dans l'eau en faisant chauffer à feu très doux.

Il est également possible d'utiliser des cataplasmes constitués de fécule de pomme de terre. Ensuite, selon le cas, on ajoute à cette « base » la ou les plantes infusées, décoctées ou macérées selon le type de traitement.

Le cataplasme et l'emplâtre sont deux techniques appréciées car elles permettent une application locale assez pointue et une bonne efficacité. Toutefois, il faut parfois se faire aider, car l'application d'un cataplasme sur certaines parties du corps nécessite parfois l'intervention d'une autre personne.

Exemple de cataplasme pour un soin du corps en traitement de la cellulite

Faire une décoction des plantes actives suivantes :

  • 10 g de Varech vésiculeux
  • + 10 g de Fenugrec
  • + 10 g de Lierre grimpant
  • + 10 g de Verveine officinale
  • Pour un demi-litre d'eau, en respectant le principe de la décoction.

On mélange ensuite avec de la farine de lin ou de la fécule de pomme de terre pour obtenir la préparation dont on imbibe des linges, pour une application de cataplasme que l'on peut laisser poser sur les zones à traiter pendant 10 à 20 minutes.


Pour aller plus loin


Produits



Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !